RONQUIERES Il était une fois Le seul plan incliné en activité au monde

DEPUIS 1968

Pour éviter que le sang, la sueur et le savoir de nos pères ne sombrent dans l’oubli. Un bac circule dans le plan incliné Un bac circule
L'aube à la ferme Canart

La tête amont

www.ronquieres.org Site privé et philanthropique ,non officiel, non commercial, non promotionnel et non touristique.. Le site n’utilise pas de cookies.

Toutes les photos présentes sur ce site ne sont pas libres de droits. Tous les textes restent la propriété intellectuelle de leurs auteurs respectifs

Présentation

Le plan incliné de Ronquières est un ouvrage monumental construit entre 1960 et 1968 sur le canal de Charleroi Bruxelles.  Sa construction faisait partie du plan général de modernisation du canal pour le porter à 1350 tonnes.

Comme le dit fort bien un ouvrage de l'époque, ici, "les bateaux vont sur des roulettes".

L’ouvrage de Ronquières se compose essentiellement de deux bacs métalliques de 91 mètres de long sur 12 mètres de largeur, contenant de l’eau variant de 3 mètres à 3.70 mètres de hauteur et se déplaçant dans le sens de leur longueur. Les bacs se terminent à chacun des petits côtés par une porte mobile qui s’ouvre lorsqu’ils viennent se placer contre la porte terminale du bief supérieur ou inférieur, donnant ainsi communication et passage aux bateaux.

Pour la sécurité de l’exploitation, le fonctionnement de chacun des bacs est indépendant de celui de l’autre, de façon à pouvoir toujours assurer le transit de la navigation avec un bac au moins.

Chaque bac, dont le poids en ordre de marche varie de 5200 à 5600 tonnes est équilibré par un contrepoids de 5300 tonnes.

Le problème de la suspension des bacs a été résolu par l’adoption d’un grand nombre de galets à ressorts réunis deux par deux le long des parois longitudinales des bacs, permettant de supporter des dénivellations de la voie allant jusqu’à 20 millimètres sans modifier la charge d’un galet de plus de 20 %. Chaque bac repose ainsi sur 236 galets qui cheminent sur 4 rails de roulement.

De même, 192 galets et 4 rails supportent le contrepoids qui se déplace sous le bac dans une trémie en béton armé.

Le guidage d’un bac est assuré par 24 galets directeurs et 2 rails de guidage, situés de part et d’autre du bac. De même, 24 galets directeurs guident le contrepoids.

L’effort de traction nécessaire à la montée d’un bac est repris par 8 câbles de 55 mm  de diamètre et de 1500 mètres de long. Les câbles d’un bac et de son contrepoids sont supportés par 864 poulies-guides placées en rangées de 8 tous les 20 mètres.

Les câbles sont amarrés au bac et au contrepoids par un dispositif permettant la rattrapage des différences d’allongement et l’égalisation de la tension dans les différents câbles.

Les 8 câbles passent sur des tambours qui assurent l’entrainement du bac. A l’intérieur de la chambre des mécanismes, les câbles de traction sont guidés par des molettes de 5,50 mètres de diamètre.

Le mécanisme d’entrainement déplace le bac à une vitesse de 1,20 mètre par seconde. Ce mécanisme est actionné par 6 moteurs électriques qui représentent une puissance installée de 960 kilowatts par treuil.

En gravissant une pente de 68 mètres, le plan incliné de Ronquières permet l’économie de 18 écluses, d’un volume impressionnant d’eau et de près d’une journée de navigation à chaque péniche.


Pendant la construction

Aujourd’hui

L’écluse d’Ittre

C’est sous le règne de Philippe le Bon, duc de Bourgogne (1396-1467) que fut évoqué pour la première fois l’aménagement d’une voie d’eau pour desservir les cités hennuyères. Un édit de 1436 autorisait le redressement et l’approfondissement de la Senne. Projet trop cher hélas.

Au cours des XVIe et XVIIe siècles des projets de canal voient le jour: Charles Quint (1500-1558) et son fils Philippe II roi d’Espagne (1527-1598) avaient donné l’autorisation de réaliser le canal avec le premier vrai projet pour relier le canal de Willebrouck (1561) à Charleroi. Projet sans lendemain.

La saga française du canal de Charleroi à Bruxelles se termina avec les vues de Bonaparte sur le projet, troublées par toute la force qu’il concentra sur une politique étrangère orgueilleusement expansionniste.


Lire la suite

L'écluse d'Ittre est la plus haute du canal Charleroi - Bruxelles. Elle rachète une dénivellation de 15 mètres environ.

Construite lors de la transformation du canal qui a permis le passage des péniches de 1350 tonnes, l'écluse d'Ittre a plusieurs particularités.

L’histoire du village a été compilée et écrite par deux passionnés du lieu aujourd’hui disparus. Il s’agit de Maitre Emile Landercy et de l’abbé Georges Malherbe. Leurs écrits ont été retrouvés et ils ont été digitalisés.

L’œuvre d’Emile Landercy est actuellement disponible en ligne.


Lire la suite

Les environs

Commencée  en Mars 1961 et terminée en avril 1968, la construction du plan incliné de Ronquières a mobilisé de nombreuses personnes dans toute la région.  Au travers de centaines de photos, découvrez ce que fut pendant près d’une décennie le plus grand chantier de Belgique. Un chantier que l’on venait admirer, photographier du monde entier.



Équipés de puissants moteurs électriques, ils permettent aux  bacs de circuler le long du plan incliné et transporter les lourdes péniches. Ils sont installés de part et d’autres de la tour, dans la tête  amont et ne sont pas accessibles au public. Une raison de plus de découvrir ce chapitre

Supporté par une foret de colonnes en béton, long de 300 mètres de long et large de 80 mètres, le pont-canal de Ronquières est l’un des plus grands au monde. Il constitue la partie bétonnée la plus au sud du complexe et constitue de fait l’extrémité Nord du bief de partage des eaux. Celui-ci a deux autres extrémités: l’écluse de Viesville et l’ ascenseur à bateaux de Strepy Thieu

La butée amont

Le pont canal

Le pont canal

Le plan incliné d’une longueur de 1400 mètres est parcouru par deux bacs transportant les péniches d’un poids maximum de 1300 tonnes. A chacune de ses extrémités, il est séparé du canal par des portes éclusières logées dans les massifs en béton de la tête aval et de la tête amont.

La partie supérieure de l’ouvrage, aussi dénommée la tête amont, est un impressionnant ouvrage en béton comprenant entre autres une tour de 150 mètres de hauteur, une salle des machines où sont installés les treuils qui font circuler les bacs dans le plan incliné et un impressionnant pont canal de 300 mètres de long et de 80 mètres de large perché au sommet d’une foret de colonnes en béton d’une vingtaine de mètres de hauteur.

Bien que totalement inutile dans le fonctionnement du plan incliné, la tour panoramique fut le premier élément entièrement terminé de l’ensemble. Elle fut réalisée en un temps remarquablement court de 34 jours à peine.

La tête aval

La butée aval

L’ensemble des commandes du plan incliné ainsi que toutes les machines nécessaires à son fonctionnement sont regroupés dans la tête amont. Cet ensemble comprend également la grande tour panoramique ainsi que le pont canal.

D’une hauteur de 150 mètres, construite en à peine 34 jours en septembre 1961, elle reste la plus haute  tour de Belgique. Et pourtant elle est inutile !

Deux autres particularités de cette construction du troisième :type : elle a un toit incliné ainsi que sa façade sud…

Découvrez dans ce chapitre cet étrange et fascinante construction…

La tour

D’une longueur de 92 mètres, d’une largeur de 12 mètres , remplis d’eau sur une hauteur minimum de 3 mètres, ces mastodontes de 5700 tonnes circulent entre les deux extrémités du plan incliné, transportant des péniches sur près de 1500 mètres. Ces baignoires à roulettes roulent à près de 7 kilomètres en vitesse de pointe.

Les bacs

Les bacs

Les treuils

Un treuil La construction de la tête amont où sont logés tous les mécanismes nécessaires au fonctionnement du plan incliné La construction du pont canal, l'un  des plus grands au monde La construction de la butée aval Le montage et le soudage des deux énormes bacs qui transportent les bateaux au travers du plan incliné Les treuils sont les éléments moteurs du plan incliné. Sans eux rien ne bougerait. L'écluse en construction L'écluse d'Ittre La construction de la tour qui reste la plus haute tour de Belgique Le bois de la Houssière Ronquières by night Le village de Ronquières Asquimpont Oisquercq La brocante du 1er mai

Histoire du canal

Histoire du village

Le bois de la Houssière

Le plan incliné de nuit

Le vieux village de Ronquières

Les vieux canaux

Le village de Oisquercq

La brocante du 1er mai

Histoire d’un chantier

La grande Lima Assemblage des bacs Construction de la butée aval Les colonnes du pont canal Bétonnages dans la tranchée La tour

La tranchée

La tranchée

La tranchée d’une longueur d’environ 1300 mètres est parcourue par les bacs transportant les péniches. Chaque bac repose sur 236 galets qui cheminent sur 4 rails de roulement. Sous chaque bac circule un contrepoids supporté par 192 galets et 4 rails de roulement. Le guidage d’un bac est assuré par 24 galets. Le guidage d’un contrepoids est également assuré par 24 galets.

Le creusement de la tranchée a nécessité le déplacement de plusieurs millions de mètres cubes de déblais divers qui ont été utilisés pour l’édification des hauts remblais situés à l’arrière de la tour en direction de Charleroi.

Le creusement de la tranchée de Ronquières Le treuil démarre

Histoire d’en voir plus

Quelques jolies vues de la région

Le plan incliné en hiver Le plan incliné de Ronquières en vues aériennes

L’aube à la ferme Canart

Ronquières en hiver

Vu du ciel

Bienvenue

Asquimpont

Rappel historique

La tour d'Asquimpont

Les vieilles photos d'Asquimpont

Virginal Samme

Histoire de la commune de Virginal

Le tram à Virginal

Fauquez

Le village de Fauquez

La chapelle de verre

La marbrite

La gare de Fauquez

Le château de Fauquez

Découvrir Ronquières

Vues d’ensemble

Les hauts remblais

Le pont canal

La tête amont

La tour

Les treuils

Les trémies aériennes

La tranchée

Les bacs

La tête aval

La centrale électrique


Braine Le Comte

La ville de Braine Le Comte

La gare de Braine Le Comte

La gare en photos anciennes

La gare en photos récentes

Torine

Le bois de la Houssière

Un site préhistorique important

Station préhistorique

Le long des sentiers

La foret bleue

Plaisirs d'automne

Fermes à la lisière du bois


Les 4 saisons de Ronquières

Ronquières en hiver

Le plan incliné en hiver

Le canal en hiver

Le vieux canal en hiver

Les péniches en hiver

Ronquières au printemps

Air Ronquières

Photos de Michel Desmet

Vues aeriennes anciennes

Photos d'Emmanuel Gervy

Photos en mongolfière...

En ulm…

Depuis un drone

Photos de Pierre Gillard

Histoire

Histoire du canal

Le canal à 70 tonnes

Le projet Vifquain

Le canal à 300 tonnes

Le canal à 1350 tonnes

Histoire du village

Le canal dans Bruxelles

Histoire du village de Ronquières

Bourgmestres de Ronquières

Le long du canal

Le long du canal

Le long du canal à Ruysbroek

Le long du canal à Lot

L'écluse de Buizingen

Le long du canal à Hal

Le long du canal à Clabecq

Le long du canal près de Charleroi

Le canal entre Charleroi et Seneffe

Le canal à Seneffe

Vestiges d'écluses

Le tunnel de Godarville

Le canal du Centre


Les vieilles écluses

L'écluse 18

L'écluse 19

L'écluse 20

L'écluse 21

L'écluse 22

L'écluse 23

L'écluse 24

L'écluse 25

L'écluse 26

L'écluse 27

L'écluse 28

Écluse d'Asquimpont

L'écluse 39